Gwenvidik.com






Les Canaries : La Gomera
du 5 au 13 novembre


Nous arrivons de nuit à La Gomera, au voisinage de l'ile le vent se renforce et c'est un bon vent de 30 neuds qui nous accueille dans cette ile, c'est souvent comme cela au voisinage de ces iles aux reliefs importants. Nous nous y attendons à chaque fois mais ça reste impressionnant de voir le vent monter ainsi de 15 à 30 neuds en  quelques minutes et retomber complètement, dans la foulée, quand on est passé sous la protection d'une pointe. Nous trouvons à Porto Vueltas un bon abri.
On voit ici que le relief de ces iles continue à évoluer, regardez l'éboulis à droite du cata, il n'a pas plus de 8 ans! L'hotel situé juste à sa gauche a failli disparaitre...








 

Christine et Marie Charlotte vont se promener dans un "barranco" (lit de torrent asséché), sur la photo de gauche on imagine que les precipitations sont ici parfois violentes.


Nous louons une voiture pour reconnaitre l'interieur de l'ile. En arrivant au sommet de l'ile nous appercevons au loin, au dessus d'une mince couche de cumulus, le sommet du volcan Teide qui domine l'ile de Teneriffe.

 

La Gomera est un ile très verte en altitude, parfois nous nous demandons si nous ne sommes pas retournés en Bretagne!

Nous terminons par une razzia dans un avocatier situé dans une aire de pique nique. Cette bonne adressse nous a été indiqué par un autre équipage. Quand Christine détient ce genre d'information, il est impossible de l'empêcher de parvenir à son but: nous avons marché dans les montagnes pendant deux heures puis rebroussé chemin devant les difficultés puis enfin rejoint notre avocatier par la route...

Il est vrai que nous nous sommes ensuite régalés!

 

Petite escapade dans une petite crique abritant une ancienne usine de conserverie de poissons, nous découvrons ici une espece de campement organisé par un robinson crusoé local. Tout y est; la baignoire alimentée par un tuyeau venant de la montagne et passant par un fut de 200 litres  plein de bois qui fait office de chaudière (photo de droite), le hamac et le coin repas (photo de gauche). Comme dans toutes les Canaries, il y a sur La Gomera une importante communauté allemande, de retraités mais aussi de jeunes. Certains vivent ici une sorte de retour à la nature. Non loin de notre mouillage, dans les petites cavernes situées au pied de la falaise, il y avait un groupe qui vivait ainsi de l'air du temps en tenue d'Adam. Ils s'habillaient quand même pour aller faire des courses en ville! 

 

Petite scènes de la vie à bord, Cyrille soigne son jeu de jambes en vue de la tournée qu'il fera à la rentrée prochaine (il cherche un mécène pour lui acheter une guitare). Christine tente de travailler sa flute dans les minutes que lui laisssent notre vie épuisante (vous ne nous croirez pas).

      

Cette photo montrent Louis dans un état de grâce rarissime, il s'est lavé et découvre la surprenante odeur du "propre", si vous aviez le son vous l'entendriez chanter "je pue le savon" sur tous les tons.



Un soir nous nous observons de magnifiques raies dans le port de Las Vueltas, elles profitent de la nuit pour surprendre les nombreux poissons qui s'y nourrissent. Gabriel est surexcité il veut aller tout de suite les pêcher, nous freinons ses ardeurs....Renseignement pris il vallait mieux ne pas se précipiter certaines raies ont un dar "electrique" capable de tuer l'imprudent qui les agaces. On en devine une dans la photo ci dessous, celle ci n'était pas la plus grosse, elle ne faisait que 80 cm de large. 

  


 

Nous terminons la soiré par un loisir moins dangereux, séance cinéma :"Taxi3". Frisson garanti, bien installé sur la banquette du carré.

Carnet suivant        

Retour en haut de page


Cordelette



Retour vers index 


 

Quelques liens

E-Mail