Gwenvidik.com




Cordelette

Retour d'expérience...


Voici presqu'en vrac, en suivant l'ordre alphabétique quelques éléments de retour d'expérience de Gwenvidik.



Annexe: C'est un poste du budget sur lequel il ne faut pas mégoter, on a donc cassé ce qui restait de la tirelire pour acheter une annexe AB (fabriquée au Vénézuela importée en France par Yves Brintet). Pour limiter le poids embarqué sur le cata nous avons pris la plus petite de la gamme (env 45 kg) équipée d'un moteur Yamaha de 9,9cv (env 40 kg)  . Elle nous permet de déjeauger avec trois adultes (s'ils ne sont pas trop lourds!). Une bonne annexe est un élément de confort important (c'est notre "voiture" pendant un an) mais aussi  une sécurité en escale.
Si je n'avais pas été limité par le poids, j'aurais pris la taille juste au dessus capable de recevoir un moteur de 15cv pour assurer le déjeaugeage à 5 adultes.

Dépenses: Petite synthèse des dépenses de cette année.
- Dépenses courantes:Nourriture, santé, vêtements, cadeaux divers, carburants, excursions (loc de voitures rares) et divers resto (rares aussi) : nous avons dépensé environ  2000 euros par mois.  Rapelons que nous sommes 8 à bord et que ce budget intègre toutes les dépenses courantes sauf les gros entretiens du cata.
Pays les moins chers: Portugal, Venezuella et Açores. Pays les plus chers: Iles Vierges Britaniques, Afrique (si l'on veut des conserves et autres produits "européens"), Antilles françaises (même chez "leader price").
- Petit détail pour le poste carburant:  conso sur 12 mois : 22OO litres prix moyen 0,8 € le litre avec une mention spéciale au Vénézuella où le litre coûte O,O6 € le litre (avec un euro à 4000 bolivar). Les moteurs tournent environ 3 heures par jour pour compléter  la charge des batteries , produire l'eau douce et faire tourner le lave linge. Le reste des heures moteur est fait en transit lorsque le vent manque

Epuisettes: Nous avions  emporté deux épuisettes pour la pêche aux crevettes qui n'ont presque jamais servi à pêcher (en fait nous avons plutôt trouvé de grosses crevettes appelées aussi langoustes qui ne se pêchent pas à l'épuisette). Elles nous ont en revanche servi à récupérer casquettes, livres, ballons, et autres objets fuyant le bord. Impossible de dresser la liste de tout ce que nous avons perdu en un an! On a donc été très souvent content de les trouver sous la main, dans le coquepite, prêtes à l'emploi....

Energie à bord / Production et stockage: Ce qui rend ce sujet complexe c'est qu'il est plus difficile de stocker le courant que de le produire, mais sur les petits voiliers on est obligé de le stocker car on ne peut pas laisser un groupe tourner en permanence. Le stockage est ainsi assuré dans des batteries qui coutent cher, pèsent lourd, et ont un rendement moyen mais il faut faire avec.  Il faut que l'ensemble : batterie/moyens de charge/consommation par 24 h  soit homogène, la littérature sur la question donnes les valeurs suivantes; Pour une conso journalière de 250 ampères, il faut une capacité de stockage du double (donc 500 ampères)   et le débit  max des moyens de charge ne doit pas excéder 20% de la capacité de stockage soit  100 ampères.  Sur Gwenvidik nous sommes à peu près dans ces valeurs (conso journalièrede 200 A environ et stockage dans 4 batteries Sonnenschein au gel de 130 A). Nous avons 4 sources pour charger les batteries: les panneaux solaires (400W  qui produisent  environ 100 A par jour ensoleillé), les alternateurs des 2 moteurs  (70 A max par alter), l'éolienne (15 A pour 20 kts de vent) et enfin les   2 chargeurs 220 volts (15 A par chargeur) alimentés par un gros alternateur 220 volt de 6 kva attelé à la demande au moteur bd. Pour tenir notre conso (importante) de courant , nous avons utilisé en moyenne fait tourner les moteurs  2 heures par jour. Dans la plupart des cas  nous profitions de ces heures de moteur pour faire tourner une machine à laver le linge (220v)  et produire de l'eau douce.  Au bilan  sur  le trajet que nous avons fait ce sont les panneaux solaires qui se sont avérés les plus efficaces , si c'était à refaire je consacrerais le budget de l'éolienne à un ou deux PS supplémentaires.
J'ai trouvé peu de groupes attelés (220V/ 6 KVA) comme le notre sur les autres voiliers, mais beaucoups de skipper étaient interessés par cette installation beaucoup moins chere (environ 600€) qu'un groupe autonome et  peu encombrante. Deux défaut cependant (ce serait trop beau!) , c'est plus bruyant qu'un groupe et cela consomme un peu plus  voir ce lien .

Energie à Bord / Consommation : L'énergie destinée aux servitudes est donc stockée dans 4 batteries 12 V de 130 A.
J'ai installé un ampèremetre directement en sortie de mon groupe de batteries servitudes afin d'avoir en temps réel le bilan de ce qui rentre et ce qui sort ... C'est un bon moyen pour suivre l'état des batteries, detecter des conso abérantes, ne pas se faire surprendre... C'est simplement un milivoltmetre (acheté 20€ www.conrad.fr) qui mesure la tension aux bornes d'un shunt de 1 mili-ohm positionné en sortie "moins" des batteries. On peut acheter dans le commerce des  systèmes intelligents qui en plus intègrent dans le temps le résultat . Vous avez donc un bilan de votre batterie  qui vous donne avec une assez bonne précision son niveau de charge réel, mais c'est plus cher (environ  250€)
Bilan des principaux consommateurs:
Le frigo: c'est le consommateur principal: 6 ampères, 2 heures par jour en Bretagne, 20 heures sous les tropiques....On retrouve les mêmes ratios sur les autres bateaux. Morale de l'histoire, si vous faites vous même votre isolation de frigo  soignez là  façon tropiques ...
Le Pilote auto: en croisière c'est votre équipier principal, il barre 99%du temps sans se plaindre ou presque. Conso environ 3 A dans une mer moyennement dure.
Le convertisseur: c'est lui qui fournit du 220 V sous 1200W max pour les ordi, les chargeurs des appareils photos  et autres appareils electroniques. Il tourne plus de 10 heures par jour et consomme environ 4 ampères.
Les  feux de route et autres lampes conso 15 A le soir pendant le dinner et  environ  3 ampère pdt la nuit.
Au bilan on arrive à des journées proches de  200 ampères au mouillage. En navigation, le frigo est souvent coupé la nuit pour limiter la conso et rester aux alentours de 200 ampères.

Le poids: sur un cata plus que sur un monocoque, le poids est l'ennemi numéro 1 ! Il faut é-li-mi-ner!
Sur un cata il y a du volume, on est tenté de le remplir: il faut donc lutter conre les "remplisseurs" car un cata lourd est lent et dangereux.

Mail à Bord : Nous avons choisi le système de mail par BLU, c'est à dire que nous utilisons la radio avec un modem adapté pour emettre et recevoir des mails. Compte tenu de son très faible débit (10 octets/sec par conditions moyennes), ce système ne permet pas de surfer sur le  net. La quantité de mail émis et envoyés par semaine est normalement  limitée mais nous n'avons jamais été inquété par cette limite, nous avons pourtant émis ou recu environ 1000 messages en dix mois d'utilisation du système. Nous avons été vraiment très content de ce système.Son concurrent est le tel par satellite. lamise de fond est mons imprtante
L'avantage du système est son prix si on est déjà équipé d'une BLU (environ 200 € de cotis par an (sailmail.com) et 700€ de modem). Attention, si vous équipez votre voilier, achetez votre modem  à celui qui  l'installera à bord, en incluant dans la prestation un première connection réussie.... ça vous évitera de belles galères...

Messagerie : L'idéal est de stocker tous les messages sur l'ordi afin de limiter les temps de connections aux cyber à la réception et l'envoi des msg. La lecture et la rédaction se fait alors tranquilement à bord. J'utilise comme messagerie le freeware Mozilla Thunderbird ça fonctionne bien  et on peut facilement la parametrer. J'ai galéré pendant deux mois avec mes mails car je ne pouvais pas emettre de mails directement de ma messagerie. En fait le pb ne venait pas de l'application mais des "serveurs sortants" (smtp) de Tiscali et Alice-adsl qui ne fonctionnent pas à  partir de l'étranger. Le pb a été résolu en créant une adresse à "laposte.fr" dont les serveurs smtp fonctionnent dans tous les pays que nous avons traversé.  Je ne vous souhaite pas cette galère,  j'y ai passé des dizaines d'heures avant de trouver la solution "toute simple" comme toujours en informatique....

Moteur: Partez avec les consommables nécessaires aux moteurs (sauf l'huile que l'on trouve partout) , on peut les trouver à l'étranger, mais vous économiserez beaucoup de temps et d'énergie en constituant votre petit stock : filtres à huile à gazole, courroies alter et dessal, rouets de pompe à eau (sans oublier le joint papier de la pompe),  joints spi de ppe à eau de mer  et d'embase moteur pour les saildrive...

Ordinateur portable: c'est devenu un équipement "de base" du grand voyage! Vous l'utiliserez pour la navigation avec la cartographie electronique, pour communiquer (mail et téléphone) en le connectant à l'Internet, pour stocker vos photos et enfin pour regarder vos films préférés que vous aurez codé en divx pour en limiter le volume.
Le pb c'est qu'un ordi portable c'est fragile, si en plus vous le mettez dans un voilier saturé d'humidité salée vous comprendrez qu'il aie du mal à tenir.
Presque tous les voiliers que nous avons rencontré ont eu au minimum des petites pannes d'ordi et au pire ont du le remplacer. Nous avions deux portable, un pour la nav (un IBM/ Lenovo Thinkpad acheté d'occase) et un Packard Bell (Easynote) acheté neuf pour le reste. L'IBM a très bien tenu, le Packard a survécu mais il conservera qq séquelles (batteries HS, lecteur DVD abimé, alimentaton aléatoire...). J'ai vu d'autres IBM/ Lenovo au cours de cette année : ils semblaient mieux tenir que les autres, je ne recommanderais pas le Packard..
Un truc  pour lutter contre l'humidité: laissez votre ordi sous tension le plus possible si vos batteries le permettent, il reste chaud et souffre moins de l'humidité. Les connections aussi souffrent , achetez du rechange et laissez le en attente emballé ds son emballage d'origine.
Pour stocker mes données j'ai acheté deux disques dur externes de 250 Go chacun, ça peut parraitre énorme mais j'ai  ainsi pu stocker des sauvegardes de certains fichiers "précieux" (photos, messagerie, ....)sur deux supports différents. J'avais aussi pas mal de films Divx codés avant de partir ainsi que quelques Giga de musique...les DD étaient bien remplis. J'avais aussi sur ces DD des sauvegardes système (image du C: par le logiciel ghost/ Symantec) de mes deux ordi pour pouvoir les réinstaller  en cas de crash. Enfin j'avais emporté les CD de réinstall des programmes importants pour pouvoir configurer un nouveau portable en cas de remplacement. Beaucoup de précautions  mais la perte totale de ces outils est tellement  pénalisante qu'il me semblait utile de prévoir le pire!

Pilote automatique: C'est un équipier indispensable, il doit être capable de tenir le bateau au vent arrière dans une mer un peu formée ce qui arrive très souvent lors de la transat aller dans les alizés. Le PA est très sollicité, il a été en fonction plus de 99% du temps en navigation. Il faut absolument en aprovisionner les consommables critiques avant de partir. Compte tenu de son taux d'utilisation et de sa criticité, une panne longue du PA n'est pas envisageable. Sur le notre ( Un autohelm 7000 actionnant une ppe hydraulique), il faut avoir un jeu de balais de rechange pour le moteur de la ppe. Je ne suis pas le seul à avoir dû changer les balais de mon moteur de PA, ça nous est arrivé au milieu de l'Atlantique.... heureusement que j'avais la bonne pièce à bord !

Pinces à linges: Achetez des pinces à linge en quantité industrielle, vous serez étonné de la consommation que l'on en fait, il vous en manquera toujours! Elles finissent toutes par dessus bord ou litéralement brûlées par le soleil. Si vous en trouvez un stock de bonne qualité achetez tout vous ne le regretterez pas...


Skype: petite application à télécharger sur le net, il reste ensuite à suivre  les instruction pour vous enregistrer
et prépayer qq dizaines d'euros de communication, et c'est parti pour de longues communications téléphoniques internationales à très bas cout (0,017€ la minute vers un tel fixe...)

WiFi: Presque tous les ordinateurs portables sont équipés de ce système qui permet de connecter votre ordinateur portable au réseau internet  dans les cyber équipés. Durant ce tour de l'Atlantique, nous avons trouvé des connections internet WiFi à presque toutes les escales dans les cafés, les marinas, les lieux publics. Si en plus vous voulez surfer à bord, équipez vous d'une antenne WiFi externe et d'une longue rallonge USB. Vous pourrez ainsi hisser votre antenne dans votre mat et récupérer un bon signal sur votre ordi: quel luxe de pouvoir téléphoner par Skype partout dans le monde depuis le bord!


Retour en haut de page


Cordelette

Retour vers index 

 

Quelques liens

E-Mail